Santé

Contribuer à la protection de la santé, à l’accès aux soins de santé, est une mission d’une grande complexité. La complexité de la protection de la santé réside dans les différentes dimensions qu’elle comprend. La première dimension de la santé est liée à son humanisme. La santé est personnelle. C’est l’approche que va entretenir le patient avec son état de santé. L’état de santé est défini comme «un état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité» (Charte constitutive de l’Organisation mondiale de la Santé). La santé est un état, un statut, qui concerne le corps physique, la santé mentale, mais aussi l’aspect social de l’individu. Ce triptyque est en premier lieu défini par la personne elle-même. C’est elle seule qui peut établir si elle est en bonne santé.

La conception de son état de santé est le produit de son expérience, de son éducation et de sa culture. La difficulté lorsque l’on veut améliorer l’accès aux soins est de répondre aux besoins réels des populations. Répondre aux besoins ne se limite pas à une réponse physique ou médicale des symptômes, mais bien à une approche humaine et globale de la personne, approche qui doit répondre aux attentes morales et culturelles des patients aidés.

La deuxième dimension de la santé est sa sensibilité à l’environnement. La santé est un droit fondamental (Charte constitutive de l’Organisation mondiale de la Santé) auquel il est facile de porter atteinte. Ce droit fondamental se caractérise par une vulnérabilité liée au contexte de vie des patients. Ce contexte, c’est-à-dire les déterminants de la santé, sont au nombre de 12 (Santé Canada) et sont des facteurs de protection ou d’atteinte de la santé. Les déterminants sont le niveau de revenu et le statut social; le réseau social; l’éducation; l’emploi et les conditions d’emploi; l’environnement social; l’environnement physique; les habitudes de santé; le développement de la petite enfance; la patrimoine génétique; l’accès aux services de santé; le genre et la culture.

Donnez

La santé aborde également un aspect collectif. Que ce soit la Constitution de l’Organisation mondiale de la Santé ou les différentes déclarations des Nations Unies, nous retenons que la santé est une condition fondamentale pour la paix et le développement. Agnès Soucat de la Banque africaine de développement affirmait : « investir dans la santé: la clé pour une croissance inclusive, durable et équitable en Afrique ».

Contribuer à la protection de la santé et à la promotion de l’accès aux soins est une mission trop importante pour ne pas être planifiée. Les investissements matériels sont importants ainsi que les risques pour les populations locales. William Easterly écrivait que l’une des tragédies qui touchait les pays en développement était que l’Occident ait dépensé 2.3 milliards de dollars en aide au développement et que cela n’ait ni permis aux plus démunis d’acheter des médicaments à 12 cents pour réduire le paludisme, ni d’acheter des moustiquaires à 4 dollars.Notre responsabilité est de promouvoir le droit fondamental à la protection de la santé et de planifier une action concrète dont les effets seront durables et efficients.

Faites un don !